À propos du Chthulucène

The Voyage Out

Ana Vaz, Nuno da Luz

Si l’esprit du Chthulucène, décidément situé dans le domaine du « trouble », nous exhorte à apprendre « à vivre et à mourir sur une planète endommagée », The Voyage Out répond à ce défi à partir d´un territoire en mutation, tant du point de vue géographique que symbolique : l’archipel d’Ogasawara, au sud du Japon, où après la catastrophe nucléaire de Fukushima a émergé une nouvelle section de l’île volcanique de Nishinoshima.

La série radiophonique The Voyage Out, exploration sonore d’un film en cours de réalisation et première partie de la trilogie The Blue Jaguar, émerge elle aussi comme une proposition intersticielle reliant le registre ethnographique à la fabulation sci-fi. Sur ce point de basculement entre la fin d’un monde et le début d’un autre nous rencontrons des navigateurs cyborgs qui envoient leurs transmissions à partir d’autres temporalités, des océans de data devenues mémoires, des floraisons stimulées par la puissance des typhons, des abeilles adaptées à un environnement hostile, des variétés mutantes de faune et de flore qui rappellent les monstres post-nucléaires du Japon d’après-guerre. Ici, la fiction spéculative devient une « potentia gaudendi » — une force orgasmique, dans les termes du philosophe Paul B. Preciado — avec laquelle Ana Vaz imagine une contre-pensée du désastre qui relève autant d’une stratégie de réparation que d’une résistance.

1er épisode:
2222, Ana Vaz & Nuno da Luz, audio, 21’33’’, 2017
produit par l’Espace Khiasma pour la webradio la R22 Tout-Monde
https://r22.fr/son/2222/

2e épisode:
2022, Ana Vaz & Nuno da Luz ft. Ayami Awazuhara, audio, 29’, 2017
produit par TBA-21 Academy pour l’exposition de Stefanie Hessler Tidalectics,
en cooperation avec NTS Radio, l’Espace Khiasma et la R22 Tout-Monde
https://www.nts.live/shows/tidalectics/episodes/tidalectics-w-ana-vaz-nuno-da-luz-29th-september-2017

3e épisode:
Ana Vaz & Nuno da Luz, audio, 2017
produit par le Jeu de Paume pour l’exposition de Maria Ptqk « Chthulucène »,
en coopération avec l’Espace Khiasma et la R22 Tout-Monde
À paraître en janvier 2018. Écoutez le teaser

Cette entrée a été publiée dans À propos du Chthulucène. Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Les commentaires sont fermés.

Ana Vaz (Brésil, 1986) est une artiste et cinéaste dont les films et autres dérivés spéculent sur les relations entre le soi et l’autre, le mythe et l’histoire à partir d’une cosmologie de signes, références et perspectives. Assemblages de matériaux trouvés ou tournés, ses films combinent ethnographie et spéculation en explorant les frictions et fictions imprimées dans les relations d’environnements cultivés ou sauvages avec leurs habitants multiples. Formée au Royal Melbourne Institute of Technology et au Fresnoy Studio National des Arts Contemporains, Ana Vaz a également été membre du programme SPEAP (Sciences Po, École des Arts Politiques), un projet conçu et dirigé par Bruno Latour. En 2015, elle a reçu le prix du Kazuko Trust Award Fund présenté par la Film Society du Lincoln Centre en reconnaissance de l’excellence artistique et l’innovation dans son travail autour de l’image en mouvement.
https://vimeo.com/anavaz
Nuno da Luz (Lisbonne, 1984) est un artiste et éditeur dont le travail circonscrit à la fois l’acoustique et le visuel sous la forme d’événements sonores, d’installations et d’objets imprimés. En 2015, il a achevé son Master dans le cadre du programme d’expérimentation en art et politique à Sciences Po Paris et a fondé COYOTE, un collectif transversal travaillant sur l’imprimé, le cinéma, les conférences et d’autres formes expérimentales.
http://nunodaluz.com

Ana Vaz (Brazil, 1986) is an artist and filmmaker whose films and other derivatives speculate on the relations between the self and the other, myth and history from a cosmology of signs, references and perspectives. Assemblages of found or turned materials, her films combine ethnography and speculation by exploring the frictions and fictions printed in the relationships of cultivated or wild environments with their multiple inhabitants. Formed at the Royal Melbourne Institute of Technology and the Fresnoy National Studio of Contemporary Arts, Ana Vaz was also a member of the SPEAP program (Sciences Po, School of Political Arts), a project designed and directed by Bruno Latour. In 2015 she received the Kazuko Trust Fund award presented by the Film Society of the Lincoln Center in recognition of artistic excellence and innovation in her work around moving image.
https://vimeo.com/anavaz

Nuno da Luz (Lisboa, 1984) is an artist and publisher whose work circumscribes both aural and visual in the form of sound events, installations and printed matter. In 2015, he completed the Master Program of Experimentation in Art and Politics SPEAP at Sciences Po, Paris, and founded COYOTE, a cross-cutting collective working on print, film, lectures and other experimental forms.
http://nunodaluz.com

If the spirit of the Chthulucene, definitely situated in the territory of the trouble, calls upon us to “learn to live and die on a damaged planet”, The Voyage Out responds to that challenge from a geographically and symbolically mutant location: the archipelago of Ogasawara, in the southern seas of Japan, where a new section of the volcanic island of Nishinoshima has emerged following the nuclear disaster of Fukushima.

The radio serial The Voyage Out, a sound exploration of a film in process and the first part of the trilogy The Blue Jaguar, also emerges as an interstitial proposal that combines an ethnographic register with sci-fi fabulation. At the vertex between the end of one world and the beginning of another there are cyborg navigators who transmit from other temporalities, oceans of data converted into memory, flowerings stimulated by the energy of typhoons, bees adapted to a hostile environment, and varieties of mutant fauna and flora such as the post-nuclear monsters in post-war Japan. Here speculative fiction is a kind of potentia gaudendi – or orgasmic force, in the words of the philosopher Paul B. Preciado – with which Ana Vaz imagines a possible “counter-thinking of disaster” that is both a strategy of repair and one of resistance