Fourth Worlds

The Last LP

Au XIXe siècle et au début du XXe siècle, l’anthropologie culturelle avait pour principal objet de documenter le mode de vie des peuplades isolées. À travers de nombreuses études de terrain, ces anthropologues exploraient des cultures lointaines, « jusqu’alors inconnues », souvent avec la volonté de les sauvegarder face à une extinction supposée être imminente.
Parodiant la tradition de l’ethnologie sauvage, Michael Snow rassemble dans The Last LP « des musiques rares issues de cultures du monde entier, disparues, en voie de disparition, ou pas encore disparues ». Il accompagne ces derniers soubresauts de musiques ethniques par de faux textes académiques très élaborés. La farce n’est révélée qu’au dernier paragraphe, imprimé en miroir sur la pochette dépliante du disque.

Au Niger, le rite du passage à l’âge adulte « SI NOPOP DA » pourrait se traduire ainsi : « Grâce à quel signe pourrais-je comprendre ? », mais ce chant « ressemble étrangement […] à une chanson populaire aux États-Unis (1986) ». Il s’agit en réalité d’un pastiche réalisé par Michael Snow, qui chante How Will I Know de Whitney Houston en superposant 16 fois sa voix.
https://www.youtube.com/watch?v=NbvRhoSfIIc

Cette entrée a été publiée dans Fourth Worlds. Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Les commentaires sont fermés.

Michael Snow (né en 1928 à Toronto) est un cinéaste expérimental, artiste et musicien actif depuis 1948. Ses œuvres ont été exposées dans de nombreux musées et font notamment partie des collections du Museum of Modern Art (New York), du Centre Pompidou (Paris), de la Tate (Londres) et du Musée des Beaux-Arts du Canada (Ottawa).
Michael Snow a commencé sa carrière en tant que pianiste professionnel de jazz à la fin des années 1940. Il fait partie de groupes de musique improvisée depuis les années 1960. Il a également composé pour différents médias et spectacles.

Michael Snow (b. 1928, Toronto) is an experimental filmmaker and has been active as a visual artist and as a musician since 1948. His works have been exhibited at, and are in the collections of numerous museums (Museum of Modern Art (New York), The Centre Pompidou (Paris), the Tate (London), The National Gallery of Canada (Ottawa) amongst many others).
Michael Snow began playing piano professionally in jazz bands in the late 1940s and has been playing in free improvisation ensembles since the 1960s. Snow has also composed music for recorded media and for live performance.











https://www.yumpu.com/en/document/view/60743041/michael-snow-the-last-lp

Recording the life-ways of small, isolated societies was the primary activity of cultural anthropology in its 19th and early 20th century beginnings. Through extensive fieldwork, cultural anthropologists explored remote and « previously unknown » cultures, often with the intent of documenting and preserving cultures that were believed to be on the verge of extinction.
Mocking the tradition of salvage ethnology,
The Last LP by Michael Snow assembles « rare music derived from threatened, obsolete, or non-extinct cultures from around the world ». Snow’s documentary recordings of the dying gasps of ethnic musical cultures comes with a gatefold jacket of elaborate pseudo-scholarly supplementary notes, giving the joke away only in a final text column printed backwards.

The coming-of-age ritual from Niger “SI NOPOP DA” ostensibly translates into “By what signs will I come to understand?”, but also bares an “amazing resemblance […] to a recent (1986) American popular song”: a pastiche composition of Snow’s voice singing Whitney Houston’s “How Will I Know“ in sixteen layers:
https://www.youtube.com/watch?v=NbvRhoSfIIc