Erreur d'impression

The Art of Google Books

Krissy Wilson

URL de l’œuvrehttp://theartofgooglebooks.tumblr.com/

Krissy Wilson est une jeune artiste et écrivain qui s’est faite l’archéologue de ce que Google Books a de plus éphémère. Ce projet utopique de scanner l’ensemble du savoir humain imprimé a déjà été analysé sous des angles multiples (institutionnel, personnel et commercial), mais c’est entre les lignes que Wilson interroge le processus industriel qu’est la numérisation. Elle recueille ainsi les fragments de matérialité égarés lors de cette gigantesque opération. Sa démarche minutieuse, qui consiste à traquer les différents types d’« anomalies » sur les scans en ligne, relève donc du même processus que celui qui les engendre et met en évidence les destructions partielles et les amputations philologiques qu’il provoque. L’« incident » prend alors la forme des doigts de l’employé malencontreusement restés sur l’image scannée au moment de tourner ou de pousser la page, mais aussi d’erreurs classées comme techniques (incidents, moirés, interprétation erronée de transparents, distorsions), organiques (traces d’eau, trous de vers, taches) ou humaines (griffonnages, soulignements, gribouillis, pages cornées, fleurs séchées), etc. Sa définition de la numérisation (« c’est une rephotographie ») accentue la sensation de découverte et illustre parfaitement le pouvoir subversif intime de son travail.

Cette entrée a été publiée dans Erreur d'impression. Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Les commentaires sont fermés.

Krissy Wilson, A variety of collaged images. Under Creative Commons Attribution-NonCommercial-NoDerivs 3.0 Unported License

Krissy Wilson, A variety of collaged images. Under Creative Commons Attribution-NonCommercial-NoDerivs 3.0 Unported License

Krissy Wilson is a young artist and writer who turned herself into an archeologist of the most ephemeral part of Google Books. This utopian project of scanning the whole human printed knowledge has been questioned by multiple perspectives (institutional, personal, and business ones), but what Wilson does is questioning between the lines the digitalization as an industrial apparatus. So, she’s documenting the fragments of materiality lost in this gigantic digitalization process. Her painstaking attitude to find the different types of “anomalies” in the online digital scans represents then the same process they are constituting, revealing its partially destructive or philologically weakened nature. The “failure” element is then embodied not only by the accidental employee’s fingers left in the scanned picture while turning or pushing a page, but in a classification of technical mistakes as technical (glitches, moire, misinterpreted transparencies, distortions) organic (water marks, worm holes, stains) or human-provided (scribbles, underlining, doodles, dog ears, pressed flowers) and so on. Then her definition of “digitization as rephotography” fuels the feeling of discovery and perfectly pictures the intimate subversiveness of this work.

Krissy Wilson

Krissy Wilson, artiste et écrivain née à Miami, vit actuellement à Chicago. Après des études d’anglais à l’Université de Floride, elle poursuit actuellement un master d’écriture à l’Art Institute of Chicago. Dans son projet le plus récent, Detritus: Poems from the Thames Foreshore, l’artiste collecte des objets manufacturés sur les rives de la Tamise pour créer des « poèmes mosaïques », assemblages présentés dans l’espace publique.

Krissy Wilson is an artist and writer from Miami, Florida currenlty living in Chicago. She is pursuing an MFA in Writing at the School of the Art Institute of Chicago and she holds a BA in English from the University of Florida
In her most recent project
Detritus: Poems from the Thames Foreshore, Wilson is searching for textual artifacts in London’s river midden and assembling them into public, mosaic poems.

Suivre l’artiste
https://twitter.com/abrvd