Fourth Worlds

Subterranean Homesick Cumbia

Los Jaichackers

https://vimeo.com/110549516

Issue de plusieurs siècles de brassage des cultures, la Cumbia, avec son accordéon et sa ligne de basse, a envahi tous les clubs d’Amérique latine. Los Jaichackers (Spanglish du mot anglais hijackers) est un projet mené par Julio César Morales (qui vit à Phoenix, aux États-Unis) et Eamon Ore-Girón (qui vit à Guadalajara, au Mexique). Avec leurs installations, leurs performances et leurs playlists, ils organisent des concerts, des projets et des conférences sur la musique. Ils recherchent l’ADN mondial de la Cumbia, musique que l’on trouve dans les clubs et dans les rues de tout le Mexique, et transmise par la diaspora mexicaine, aux États-Unis ou dans d’autres pays.
Subterranean Homesick Cumbia est un film fluvial, tourné sur l’Amazone et le Mississippi. C’est un souvenir vidéo du voyage des artistes en quête de la naissance mythique de la Cumbia, première forme de musique latino-américaine hybride. C’est l’histoire d’un navire de commerce allemand qui s’échoue sur les rives de la Colombie, déversant ses conteneurs remplis d’accordéons. Les communautés locales se seraient emparées de cet instrument pour l’intégrer à leur musique traditionnelle et ainsi créer un nouveau style vernaculaire.
La relation de l’accordéon au paysage évoque le flux constant des échanges entre les sociétés, et les façons imprévisibles dont nous agissons envers notre environnement.

Cette entrée a été publiée dans Fourth Worlds. Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Les commentaires sont fermés.

Los Jaichackers (Julio César Morales et Eamon Ore-Girón) — Spanglish du mot anglais hijackers — est un duo d’artistes à la recherche des origines internationales de la scène musicale underground du Mexique. Le verbe « to hijack » signifie s’emparer d’une chose, comme un véhicule en mouvement, par exemple, pour la détourner. Un détournement élevé au rang d’art, devenu une métaphore de la collision entre la culture dominante et les cultures migrantes qui restent peu connues, souvent volontairement. Les œuvres du groupe ont été exposées à la triennale de San Juan, à Puerto Rico, à Prospect 3, Nouvelle-Orléans, au SFMOMA à San Francisco, au Los Angeles County Museum of Art, au musée d’art contemporain Tamayo à Mexico, et au Frankfurter Kunstverein, à Francfort-sur-le-Main.

Los Jaichackers (Julio César Morales and Eamon Ore-Girón) – Spanglish for hijackers – was formed by two artists in search of the global DNA of the underground club scene. To seize, divert, or appropriate something while it is in transit – the act, or art, of hijacking – is a metaphor for the collisions between dominant and migrant cultures that fly under the radar, often by design. Their work has been shown at San Juan Triennial, Puerto Rico, Prospect 3, New Orleans, SFMOMA, San Francisco, The Los Angeles County Museum of Art, Los Angeles, Muese Tamayo, Mexico City and the Frankfurter Kunstverein, Frankfurt/Main.

https://vimeo.com/110549516

After centuries of transcultural blending, Cumbia’s signature accordion-as-bassline-sound can be found throughout Latin America’s dance halls. Los Jaichackers (Spanglish for hijackers) is a project of artists Julio César Morales (based in Phoenix) and Eamon Ore-Girón (based in Guadalajara). Via installation, performance, and playlists, they deejay, curate music programs and lecture, tracking down the global DNA of emerging street & club music in Mexico, its borders, and the Mexican diaspora in the States and abroad.
Subterranean Homesick Cumbia, shot on the Amazonas and the Missisippi rivers, is the videographic keepsake of the artists’ journey to trace the mythological birth of Cumbia music, the first Latin American hybrid musical form. Its creation myth tells the story of a German merchant ship which crashed upon the shores of Colombia, spilling its cargo of accordions. These instruments were retrieved by local communities and incorporated into their musical tradition to form a new vernacular sound.
The relationship of the accordion to the landscape tells the story of the unstriated flow of social exchange and the unpredictable ways in which we engage with our environment.