Futurs non
conformes. #1 Mythologies

SMART CITY ABC

Manu Luksch

URL de l’œuvre
http://smart.cityabc.xyz

La conception de la « Smart City » a été introduite par certaines des plus grandes sociétés technologiques afin de faire face à la croissance de la population, l’instabilité politique et la rareté des ressources. SMART CITY ABC vise à en décoder le jargon afin de rendre ce débat plus accessible.

Pour certains, l’utilisation des « Big Data », collectées par des smartphones, caméras de sécurité, réseaux de transport et autres coach électroniques, préfigure une forme de surveillance totale, pour d’autres c’est une utopie technologique. Dans les deux cas, cette « ville pleinement connectée » repose sur une production de données qui peuvent être surveillées, extraites et commercialisées afin de prévoir les tendances futures de notre environnement urbain. La prolifération des capteurs en réseau et du calcul distribué, souvent appelés « Internet des Objets », laisse aussi entrevoir la possibilité d’une infrastructure informatique intégralement incorporée ; une ville-système d’exploitation.

Ce glossaire, en cours de construction, vise à éclairer une terminologie qui est, par nature, difficile à définir. « Smart City », « Internet des objets », « Big Data », ces expressions en vogue dépeignent un avenir où la gestion se fait assistée par algorithmiques, efficace et sans erreur. Il est stratégique de s’approprier ce langage dont la terminologie est en constante évolution, pour être en mesure d’en comprendre les enjeux et d’interférer dans le façonnement de nos futurs espaces publics.

Cette entrée a été publiée dans Futurs non-conformes. #1 Mythologies. Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Les commentaires sont fermés.

FutursNonConformes_SmartCity_OK

Projet produit avec le soutien du Jeu de Paume

Manu Luksch est une cinéaste et artiste qui interroge les conceptions du progrès et examine les effets des technologies de réseau sur les relations sociales, l’espace urbain et les structures politiques. Ses travaux ont été présentés internationalement dans des institutions et festivals et Luksch a reçu le prix ELEVATE 2015, le prix Austrian Media Arts 2012 et le prix Marianne.von.Willemer 2012 pour les arts numériques (Ars Electronica Centre & Ville de Linz).

Manu Luksch is filmmaker and artist who interrogates conceptions of progress and scrutinises the effects of network technologies on social relations, urban space, and political structures. Works are shown at venues and festivals internationally and Luksch was awarded the ELEVATE prize 2015, Austrian Media Arts Prize 2012 and Marianne.von.Willemer Prize for Digital Arts 2012 (Ars Electronica Centre & City of Linz).

http://www.ambienttv.net/content/?q=manuluksch

SMART CITY ABC

SMART CITY ABC aims to decode a topic that has produced a specialist vocabulary, in order to promote accessibility to the debate. The vision of the « Smart City » was introduced by some of the largest tech corporations to address population growth, political instability and resource scarcity.

To some, the use of « big data » collected from smart phones, security cameras, city rapid transit networks and personal health trackers signify a means for total surveillance, whereas for others: a techno-utopia. Either way this information can be monitored, extracted and traded to forecast future patterns within our urban landscape- revealing a necessity for a « Connected City ». With the proliferation of networked sensors and distributed processing- often called the « Internet of Things »- comes the possibility of a fully embedded information infrastructure; a city operating system.

This glossary-in-progress aims to illuminate terminology that is by its very nature difficult to define. « Smart City », the « Internet of Things », « Big Data »- these buzzwords stem from a notion of an imminent future where management is algorithmic, efficient and error-free. In order to assess how we can participate in the shaping of our public spaces, we must engage with this language of evolving terminology.