Fourth Worlds

Slow Action

Slow Action est un film de science-fiction post-apocalyptique regroupant quatre vidéos en 16 mm, entre documentaire, recherche ethnographique et fiction. Cette œuvre étudie l’évolution d’écosystèmes et de leurs espèces lorsqu’ils sont isolés, entourés par un environnement hostile. À partir de ces recherches biogéographiques effectuées sur plusieurs îles, ce film imagine notre Terre dans les siècles à venir. Le niveau des océans ayant atteint une élévation démesurée, des utopies extrêmes apparaissent comme de plausibles mini-sociétés du futur. Ces réalités artificielles permettent d’explorer des territoires repliés sur eux-mêmes, en quête d’informations susceptibles d’aider à la reconstruction d’un monde bientôt disparu.

La bande originale du film — composée de récits écrits par l’auteur Mark von Schlegell — décrit l’évolution de quatre îles en fonction de leurs conditions géographiques, géologiques, climatiques et botaniques. Le film s’inspire de La Nouvelle Atlantide de Francis Bacon, d’Erewhon de Samuel Butler, de The Green Child d’Herbert Read ou encore du Dernier Homme de Mary Shelley. Son sens de l’exploration, de l’expérimentation et de la recherche se retrouve souvent dans le travail de Ben River.

Cette entrée a été publiée dans Fourth Worlds. Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Les commentaires sont fermés.

Ben Rivers/Kate MacGarry Gallery (détail)

Ben Rivers est artiste et réalisateur, sa pratique expérimentale navigue entre le documentaire et la fiction. Son travail aborde des thèmes variés, de l’exploration de territoires inconnus et sauvages aux portraits candides et intimistes de personnes réelles, en passant par des récits fictifs de vies alternatives dans des mondes défavorisés. Son long-métrage Two Years At Sea a remporté le prix FIPRESCI à la Mostra de Venise et le deuxième prix EYE Art & Film Prize en 2016.
www.benrivers.com

Ben Rivers is an artist and experimental filmmaker whose practice treads a line between documentary and fiction. His work ranges from themes around the exploration of unknown wilderness territories to candid and intimate portrayals of real-life subjects and oblique narratives imagining alternative existences in marginal worlds. His feature-length film Two Years At Sea won the FIPRESCI Prize at 68th Venice Film Festival and the second EYE Art Film Prize 2016. Ben Rivers is represented by Kate MacGarry Gallery in London.
www.benrivers.com

http://animateprojectsarchive.org/films/by_project/solo_commissions/slow_action

The sea level rising to absurd heights, creating hyperbolic utopias that appear as possible future mini-societies. This series of constructed realities explores the environments of self-contained lands and the search for information to enable the reconstruction of soon-to-be-lost worlds. Slow Action is a post-apocalyptic science fiction film that brings together a series of four 16mm works about four islands which exist somewhere between documentary, ethnographic inquiry and fiction. Slow Action applies the idea of island biogeography – the study of how species and eco-systems evolve differently when isolated and surrounded by unsuitable habitat – to a conception of the Earth in a few hundred years.

The film’s soundtrack – narratives by writer Mark von Schlegell – describes each of the four islands’ evolutions according to their geographical, geological, climatic and botanical conditions. Slow Action, inspired by novels such as Samuel Butler’s Erewhon, Bacon’s The New Atlantis, Herbert Read’s The Green Child and Mary Shelley’s The Last Man, embodies the spirit of exploration, experiment and active research that has come to characterise Rivers’ practice.