Identités précaires 
Cycle Side Effects

Seppukoo

Les Liens invisibles

2009

URL de l’œuvre
http://www.seppukoo.com

« We assist your virtual identity suicide »
Épidémie de suicides virtuels dans la sphère des réseaux sociaux : le virus du Seppukoo hante les autoroutes de l’information.

“This is the end. My only friend,
the end”

Vous êtes plus que votre identité virtuelle. La « vie virtuelle » est un terme, souvent galvaudé, que l’on utilise pour décrire l’ensemble des activités d’une personne sur Internet.
Mais alors que les nouveaux moyens de communication laissent nos identités secondes / connectées / déconnectées déborder dans la vie réelle — et vice-versa — les distinctions entre réel et virtuel deviennent de plus en plus confuses. Laquelle est virtuelle ? Et où est le réel ? Par delà toutes ces questions, il ne subsiste qu’une seule chose : notre intimité, nos profils, nos identités, nos relations, sont tous faux et/ou bien réels — exploités dans un seul un but : être vendus comme des produits. Mais ces vies valent-elles réellement d’être vécues ?
Laissez-les mourir. Laissez-votre identité derrière vous.

Plutôt que de tomber aux mains ennemies, les samouraïs japonais préféraient mourir de manière honorable, se plongeant un sabre dans l’abdomen, en le faisant pivoter de gauche à droite. Cette forme de suicide rituel s’appelle un seppuku (切腹, littéralement « tranchage d’estomac »). Parmi les personnalités qui ont commis un seppuku, se trouvent Azai Nagamasa, quarante-sixième des Quarante-Sept Ronin (1703), Takijirō Ōnishi, et bien évidemment, Luther Blissett.

Cette entrée a été publiée dans Identités précaires - Cycle Side Effects. Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Les commentaires sont fermés.

Les Liens invisibles, Seppukoo, 2009

Les Liens Invisibles est un duo d’artistes imaginaire, basé en Italie et composé de Clemente Pestelli et Gionatan Quintini. Leur travail est une recombinaison éclectique de la culture pop Internet, des techniques d’ingénierie inversées, du détournement social et de toute autre forme de réappropriation des médias.
Depuis 2007, Les Liens Invisibles ont infiltré les réseaux de communication afin de réunir et d’élargir les connexions invisibles existantes entre l’art et la vie réelle.
La plupart de leurs œuvres et interventions – comprenant un service de suicide virtuel sur Internet, le détournement de nombreuses plates-formes de réseaux sociaux et un outil paradoxal qui tend à obtenir la vérité par le faux – a atteint une visibilité internationale et a été montrée dans le monde entier.

URL du site Les Liens invisibles
http://www.lesliensinvisibles.org

URL BIO / CV
http://www.lesliensinvisibles.org/about/