Erreur d'impression

My Google Search History

Depuis quelque temps déjà, un certain nombre d’artistes exposent leurs données à caractère personnel, ce geste étant pensé comme une forme de performance. Depuis la seconde vague du net.art jusqu’aujourd’hui, on recense différents exemples d’auto-exposition volontaire, qui ont sur le public un impact émotionnel incontestable. Avec My Google Search History, Albertine Meunier se situe dans la lignée de ce mouvement. En 2006, elle entreprend de conserver consciencieusement l’« historique » de ses recherches sur le web effectuées via Google et décide de le mettre en ligne quelques années plus tard. La chronologie des mots clés peut ainsi être téléchargée, faire l’objet d’une recherche, et être lue et écoutée en séquence par le biais d’une page Internet. Enfin, l’artiste décide de l’imprimer sous forme de livre physique, manière de graver dans le marbre le concept d’origine. Sur le plan conceptuel, cette œuvre peut être vue comme une série de tweets ou de publications sur Facebook, une sorte de journal intime numérique rédigé dans une forme linguistique qui lui est propre. Cette forme bien particulière est une séquence de mots et de courtes phrases, parfois totalement sans rapport, parfois unis par un lien logique, qui confèrent au texte, dans son ensemble, une qualité poétique intrinsèque. Globalement, le texte nous informe sur l’artiste, sur ses intérêts et ses besoins soudains au court du temps, de sorte que le lecteur est invité à se faire voyeur et devient doublement coupable, car, en vertu de l’accord de licence de Google, ces données ne sont pas destinées à être diffusées. Ce journal intime, dans toutes ses déclinaisons, y compris la version hors ligne imprimée, devient dès lors le portrait d’une famille de données ayant recouvré la liberté.

Cette entrée a été publiée dans Erreur d'impression. Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Les commentaires sont fermés.

Albertine Meunier, My Google Search History, 2006-2013

Albertine Meunier, My Google Search History, 2006-2013

There’s already quite a tradition of artists exposing their own private data as a performative gesture. Since the second wave of net.art till now different examples of voluntary self-exposure can be found, with an undeniable emotional impact to the audience. Albertine Meunier falls into this tradition with My Google Search History, having carefully retained since 2006 her “Web Search History” on Google, publishing it online a few years after. The chronology of keywords can be downloaded, searched, read and sequentially listened through a webpage. Finally Meunier decided to print it also as a physical book definitively reinforcing the initial concept. In fact, it can be conceptually considered similarly to a personal series of tweets or of Facebook posts: it’s a digital personal diary in its own linguistic form. This specific form is a sequence of words and short sentences, sometimes totally unrelated, sometimes consequential, and it gives the whole text an intrinsic poetic quality. Overall it tells about the artist and her sudden interests and needs in time, so the reader is invited to be a voyeur, and becomes twice guilty as technically this data is not meant to be shared, because it’s violating Google license agreement. The diary, in all its declinations including the offline printed one, becomes then a liberated data portrait.

Albertine Meunier

Albertine Meunier pratique l’art dit numérique depuis 1998 et utilise tout particulièrement Internet comme matériau. Elle se définit elle-même comme une net artiste. Ces travaux questionnent, autant de manière critique que ludique, les grands acteurs de l’Internet tel que Google, Twitter ou Facebook et le nouveau monde qui nous entoure, nouveau monde, qui remplit de transistors et microprocesseur, vit à la vitesse de la lumière des réseaux. Ainsi, elle travaille plus particulièrement autour des grands thèmes suivants : l’esthétique de l’Internet, la matérialité et la matérialisation de l’Internet mais explore aussi l’accumulation infinie que provoque la forme numérique.

Albertine Meunier has been practicing so-called digital art since 1998, and is particularly inclined to use the Internet as raw material. She defines herself as a Net artist. Her works question, both critically and playfully, big online players such as Google, Twitter and Facebook, as well as our new environment full of transistors and microprocessors, where we live at the speed of fiber optic networks. As such, her favourite themes are: aesthetics of the Internet, materiality and materialization of the Internet, but also the endless accumulation that results from the digital format.

Suivre l’artiste
http://albertinemeunier.net/albertine_meunier_bio.htm