Fourth Worlds

NON Trilogy

La république transnationale de NON est construite comme une nation numérique pour la diaspora africaine. Plateforme consacrée aux sons de la diaspora et de l’identité noire, NON est un espace public alternatif face aux structures hégémoniques du pouvoir. « Par le biais d’un art multimédia politisé et grâce à des sorties communes organisées avec des collectifs qui partagent nos idées, les membres du label ont construit une communauté libérée du genre ou de l’emplacement géographique. » NON cherche ainsi à mettre en valeur les voix africaines et à écrire une nouvelle histoire noire. NON Trilogy (2018) est une « compilation en trois volumes, imaginée comme une étude du génome de 42 artistes (les “citoyens” de NON) et présentant le patrimoine génétique qu’ils sont censés avoir en commun. »(Max Mertens)

Les dossiers de presse de NON empruntent volontiers au vocabulaire scientifique : « Cette analyse à grande échelle du génome de nos citoyens révèle l’importance de plusieurs loci associés aux globules rouges et aux acides aminés. Une hétérogénéité des allèles et une pléiotropie de plusieurs loci inconnus associés aux caractères des cellules sanguines ont été identifiées ». La classification des individus de différents génotypes en « races » est malheureusement toujours en vigueur dans plusieurs disciplines scientifiques (comme l’anthropologie physique). Par des sous-entendus caustiques, la compilation NON offre une critique mordante de la légitimation du racisme dans l’histoire des sciences.

Cette entrée a été publiée dans Fourth Worlds. Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Les commentaires sont fermés.

NON est la version numérique d’un État-nation formé par la diaspora africaine. Cofondé par Chino Amobi (Richmond, États-Unis), l’artiste congolaise Nkisi (alias Melika Ngombe Kolongo, Londres) et l’artiste sud-africain Angel-Ho (Angelo Antonio Valerio), NON est à la fois un label de musique expérimentale, un projet artistique engagé et un réseau social international. Cette plateforme permet à ses membres et à ses auditeurs — des « citoyens » qui sont de plus en plus nombreux — de présenter leur travail et de communiquer entre eux. Sa mission politique est de lutter contre les organisations racistes grâce à de multiples formes d’art, musique, vidéo, graphisme ou mode. Avec des slogans comme « Exorcise le langage de la domination », NON lutte contre le silence des personnes noires dans le monde entier.
non.com.co

NON is a digital nation state of the African diaspora. Co-founders Chino Amobi (Richmond, US), Congolese artist Melika Ngombe Kolongo AKA Nkisi (London) and South African performance artist Angel-Ho (Angelo Antonio Valerio) have created an experimental record label, radical art project and cross-continental social network. The platform allows listeners and members, called “NON citizens” to present their work and connect with a growing number of other NON citizens. NON´s political mission of confronting power structures that exclude black people is spread via a contingent of art forms: music, video, visuals, fashion, graphic design. With slogans such as “Exorcise the language of domination” NON fights against the silencing of black people everywhere.
non.com.co

NON Worldwide Compilation Trilogy Volume 1:

NON Worldwide Compilation Trilogy Volume 2:

NON Worldwide Compilation Trilogy Volume 3:

http://non.com.co/trilogy/

The transnational republic of NON is set up as a digital nation of the African Diaspora. A platform focussing on the sounds of African diaspora and Black identity, NON was created with the idea of an alternative public space confronting hegemonic power structures. « In politically charged multimedia art and joint releases with other like-minded collectives, the label’s members have built a community untethered by genre or geographic location. » Celebrating blackness and highlighting African and African-diasporic voices, NON aims to write a new kind of black history.
NON Trilogy (2018) is a « three-part compilation series framed as a ‘genome-wide association study’ of the 42 participating artists (or ‘citizens’ of NON’s transnational republic) that outlines their supposed genetic commonalities » (Max Mertens).

NON’s accompanying press release adds some mock-scientific jargon: « This large-scale genome-wide analysis in NON Citizens has extended the importance of several RBC-associated genetic loci to AAs and identified allelic heterogeneity and pleiotropy at several previously unknown genetic loci associated with blood cell traits. » The oppressive classification of individuals of different genotypes into discrete « races » was, and continues to be, practised within scientific disciplines (including physical anthropology). With the disruptive subtext of their music compilation series, NON here formulates a biting critique of the long legacy of scientific legitimizations of racism.