Futurs non
conformes. #1 Mythologies

Existential risks

Nick Bostrom

URL de l’œuvre
http://www.nickbostrom.com/existential/risks.html

Nick Bostrom est un philosophe suédois, co-fondateur de la World Transhumanist Association, (un mouvement prônant l’usage des sciences et des techniques afin d’améliorer les caractéristiques physiques et mentales des êtres humains). Il fit beaucoup parler de lui, début 2000, avec un article affirmant qu’il est théoriquement probable que nous vivions dans une simulation informatique réalisée par une civilisation beaucoup plus avancée. Il coordonne également à l’université d’Oxford un champ de recherche autour des risques existentiels, une tentative de taxonomie des risques d’extinction de l’espèce humaine.

Selon Nick Bostrom, depuis l’invention de la bombe atomique, une nouvelle catégorie de risques a été inaugurée : elle représente un risque d’étendue mondiale et d’intensité fatale, mais à la différence d’une éventuelle chute de météorite, ces nouveaux risques sont d’une probabilité bien plus élevée. Il défend que pour de tels risques, il n’est plus possible d’apprendre en réagissant de manière expérimentale, car celle-ci serait finale. Il nous revient donc d’analyser, d’anticiper et de prévenir des risques subjectivement estimés comme probables.

Il est essentiel de rappeler que cette recherche est menée non seulement dans l’espoir de préserver l’espèce humaine, mais aussi afin de préserver le potentiel d’une évolution transhumaine, une augmentation radicale de l’homme par la technologie qui est un credo poursuivi par une certaine frange de l’élite intellectuelle contemporaine.

Cette entrée a été publiée dans Futurs non-conformes. #1 Mythologies. Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Les commentaires sont fermés.

FutursNonConformes_ExistantialRisks_OK

Nick Bostrom est un philosophe suédois connu pour son approche du principe anthropique. En 1998 il fonde avec David Pearce la World Transhumanist Association ainsi que l’Institut d’éthique pour les technologies émergentes en 2004 (avec James Hughes). Il intervient régulièrement sur des sujets relatifs au transhumanisme tels que le clonage, l’intelligence artificielle, le téléchargement de l’esprit, la cryonie, les nanotechnologies, la réalité simulée et le principe d’indépendance du support.
Il a été nommé directeur du nouvel Institut pour le futur de l’humanité de l’université d’Oxford en 2005. Entre autres réflexions, Bostrom est célèbre pour ses recherches relatives aux simulations informatiques.

Nick Bostrom is a Swedish philosopher at the University of Oxford known for his work on existential risk, the anthropic principle, human enhancement ethics, superintelligence risks, the reversal test, and consequentialism. He holds a PhD from the London School of Economics (2000). In 2011, he founded the Oxford Martin Programme on the Impacts of Future Technology and he is currently the founding director of the Future of Humanity Institute at Oxford University.

http://www.nickbostrom.com

Existential risks

Nick Bostrom is a Swedish philosopher and the co-founder of the World Transhumanist Association, (a movement that advocates the use of science and technology to enhance man’s physical and mental capabilities). At the start of 2000 he made quite a splash with an article that maintained it was theoretically probable that we were actually living in a computer simulation created by a much more advanced civilisation. He coordinates research into existential risks at Oxford University, trying to classify the risks of extinction that face the human race.

According to Nick Bostrom, the invention of the atomic bomb marked the creation of a new category of risk, one that is global in scope and fatal in its outcome, but unlike the danger of a possible meteorite impact, these new risks have a much higher probability. He explains that we can no longer learn to protect ourselves against such risks by trial and error because there would be no second-chance. We must therefore take a proactive approach to foresee and prevent those risks that are subjectively estimated to be probable.

It is essential to remember that this research is not only conducted with the hope of preserving the human species, but also to preserve the potentiality of transhuman evolution, the radical enhancement of man by technology, which is a credo that a certain fringe of the contemporary intellectual elite adheres to.