À propos du Chthulucène

Ecosystem of Excess

Ecosystem of Excess est un exercice de zoologie anticipative inspiré du « vortex de déchets » du Pacifique nord. Ce lieu, dont la superficie estimée équivaut à celle de l’Europe Centrale, constitue une des plus grandes accumulations de microplastiques dans les océans et menace l’ensemble de la biodiversité marine. Mais c’est aussi l’habitat de certains micro-organismes, tels que algues unicellulaires et bactéries, qui s’y sont adaptées et y prolifèrent. Cet écosystème particulier, produit par l´action humaine, est aussi connu sous le nom de « Plastisphère ».

À partir de ces évidences scientifiques, Pinar Yoldas imagine les nouvelles espèces animales qui pourraient émerger d’une telle soupe primitive. En résulte un bestiaire spéculatif peuplé d’insectes, de reptiles, d’oiseaux et de poissons résilients, dont les organes mutants sont capables de métaboliser le plastique. Malgré leur caractère fictif, ces organismes-modèles utopiques permettent d’explorer les relations sympoïétiques qui existent déjà dans les océans.

Cette entrée a été publiée dans À propos du Chthulucène. Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Les commentaires sont fermés.

Pinar Yoldas, Pacific Balloon Turtle, Ecosystem of Excess, 2014

Pinar Yoldas se définit comme une designer / artiste / chercheuse infradisciplinaire. Son travail se développe dans le domaine des sciences biologiques et des technologies numériques à travers des installations architecturales, la sculpture cinétique, le son, la vidéo et le dessin en mettant l’accent sur le post-humanisme, l’éco-nihilisme, l’anthropocène et la technoscience féministe. Elle est titulaire d’un doctorat de l’Université Duke où elle était affiliée à l’Institut des sciences du cerveau et sciences des arts et médias. Elle est titulaire d’un diplôme en architecture de l’Université technique du Moyen-Orient, d’une maîtrise en arts de l’Université Bilgi, d’une maîtrise en sciences de l’Université technique d’Istanbul et d’une maîtrise en beaux-arts de l’Université de Californie à Los Angeles où elle a travaillé au Art | Sci Center et au UCLA Game lab. Son livre An Ecosystem of Excess a été publié par ArgoBooks en 2014.
http://www.pinaryoldas.info/PINAR-YOLDAS

Pinar Yoldas defines herself as an infradisciplinary designer/artist/researcher. Her work develops within biological sciences and digital technologies through architectural installations, kinetic sculpture, sound, video and drawing with a focus on post-humanism, eco-nihilism, anthropocene and feminist technoscience. She holds a Ph.D. from Duke University where she was affiliated with Duke Institute of Brain Sciences and Media Arts and Sciences. She holds a Bachelors of Architecture from Middle East Technical University, a Master of Arts from Bilgi University, a Master of Science from Istanbul Technical University and a Master of Fine Arts from University of California, Los Angeles where she worked at the Art|Sci Center and the UCLA Game lab. Her book An Ecosystem of Excess was published by ArgoBooks in 2014.
http://www.pinaryoldas.info/PINAR-YOLDAS

http://www.pinaryoldas.info/WORK/Ecosystem-of-Excess-2014

Ecosystem of Excess is an exercise in anticipative zoology inspired by the so-called “Great Pacific Garbage Patch”. That place, the estimated size of which is equivalent to the whole of central Europe, is one of the most important vertices of accumulation of microplastics in the oceans and a threat for the whole of marine biodiversity. But it is also the habitat of certain microorganisms, such as unicellular algae and bacteria that have begun to adapt and proliferate in it. This particular ecosystem produced by human activity has also been called the Plastisphere.

Taking this scientific evidence as her starting point, Pinar Yoldas imagines the new animal species that might emerge from this primeval soup. The result is a speculative bestiary populated by resilient insects, reptiles, birds and fish endowed with mutant organs capable of metabolising plastic. Utopic model organisms that, despite their fictitious nature, enable us to explore the sympoietic relationships that are already taking place in the oceans.