Fourth Worlds

Drexciya

Anthologie chronologique de Drexciya, présentée par le Drexciya Research Lab

https://bleep.com/artist-charts/a-guide-around-the-drexciya-research-lab

« Imaginez une équipe d’archéologues africains du futur en train de fouiller les ruines d’un ancien musée — ils trouvent du silicium, du carbone, parfois humide, parfois sec. Ils réussissent à dater les restes de documents et de disques trouvés sur le site : ces objets remontent au début du XXIe siècle, à notre présent. » (Kodwo Eshun)

Drexciya est un groupe de Détroit, un duo légendaire de musique électronique formé par James Stinson (1969-2002) et Gerald Donald. À travers des allusions et des messages cryptiques, leurs albums tissent le mythe d’une cité engloutie baptisée Drexciya. Au fond de l’Atlantique, cette cité abritait les descendants noirs des femmes esclaves, qui, lorsqu’elles étaient enceintes, étaient jetées par-dessus bord entre l’Afrique et les Amériques. Leurs enfants avaient finalement muté pour pouvoir respirer et vivre sous l’eau.
Le monde imaginaire de Drexciya est un élément majeur de l’Afrofuturisme, une contre-culture qui s’attaque à la mémoire coloniale et qui considère, selon Kodwo Eshun, que « le trauma collectif de l’esclavage est le moment fondateur de la modernité ».

Cette entrée a été publiée dans Fourth Worlds. Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Les commentaires sont fermés.

James Stinson (1969 – 2002) et Gerald Donald, alias Heinrich Mueller, sont les deux producteurs longtemps restés anonymes derrière Drexciya. Depuis le début des années 1990, ils ont été à l’origine d’une importante production musicale. La musique et la mythologie qu’ils ont développées sont toujours vivaces et continuent de gagner le cœur et l’imagination de nombreux fans. » (bleep.com). Depuis 2005, le Drexciya Research Lab centralise tout ce qui touche de près ou de loin à Drexciya (Dopplereffekt, Arpanet, etc.). Ils publient des informations, des archives et le résultat de leurs recherches sur leur site web.
http://drexciyaresearchlab.blogspot.co.uk/

James Stinson (1969-2002) and Gerald Donald aka Heinrich Mueller, the two formerly anonymous producers behind Drexciya, have amassed a large discography since the early 90s. Both their music and mythology very much lives on, continuing to capture the ears and imaginations of new fans” (bleep). Since 2005, Drexciya Research Lab has been a central hub for all things Drexciya and related (Dopplereffekt, Arpanet etc), sharing news, archiving and research.
http://drexciyaresearchlab.blogspot.co.uk/

https://bleep.com/artist-charts/a-guide-around-the-drexciya-research-lab
A chronological guide to a selection of Drexciya’s work created by Drexciya Research Lab.

« Imagine a team of African archaeologists from the future — some silicon, some carbon, some wet, some dry—excavating a site, a museum from their past: a museum whose ruined documents and leaking discs are identifiable as belonging to our present, the early twenty-first century » (Kodwo Eshun).

Drexciya is the name of the legendary Detroit electronic music duo formed by James Stinson (1969-2002) and Gerald Donald; in the subtext and cryptic messages on several of their concept albums they refer to a Black Atlantis called Drexciya sunk in the Atlantic Ocean. Drexciya was populated by the descendants of pregnant woman who were captured as slaves from African countries and thrown overboard during the crossing of the Atlantic, their unborn children adapting to breathe and live underwater.
The imaginary world of Drexciya forms a major element in the countermemory-movement of Afrofuturism, contesting the colonial archive – « situating the collective trauma of slavery as the founding moment of modernity » (Kodwo Eshun).